Ray Johnson, collagiste
au destin tragique

Ray Johnson, une figure éminente dans l'histoire du néo-Dada et du Pop art. Ray Johnson était reconnu comme le plus célèbre artiste inconnu de New York.

Raymond Edward Johnson (1927-1995), connu principalement comme artiste collagiste et de correspondance, est une figure éminente dans l'histoire du néo-Dada et des premiers temps du Pop art. Autrefois appelé « le plus célèbre artiste inconnu de New-York », il a vécu jusqu'à son suicide tragique à New-York, dans une petite ville de Long Island.

Ray Johnson collage

Sa jeunesse et son éducation

Né à Detroit, Michigan, le 16 octobre 1927, Ray Johnson grandit dans un quartier de la classe ouvrière et fréquente une école professionnelle, où il étudie l'art publicitaire. Il prend des cours hebdomadaires à l'Institut de Detroit Art et passe ses étés à dessiner à Ox-Bow School à Saugatuck (Michigan), une école affiliée au Art Institute de Chicago. Johnson quitte Detroit après l'école, en 1945, pour s'inscrire à une école radicalement progressive, le Black Mountain College en Caroline du Nord, où il est reste pendant 3 ans.

Les années à New-York de Ray Johnson

Johnson déménage avec Richard Lippold à New-York en 1949. Avec le groupe American Abstract Artists, Johnson peint des abstractions géométriques qui, en partie, reflètent l'influence de Albers. Mais en 1953, il se tourne vers le collage et quitte le groupe, rejetant ses premières peintures, qu'il brûlera plus tard dans la cheminée de Cy Twombly. Johnson commence à créer de petites œuvres de formes irrégulières incorporant des fragments de la culture populaire, notamment le logo des cigarettes Lucky Strikes ainsi que des images de vedettes telles que Marylin Monroe, James Dean et Elvis Presley, découpées dans des magazines. À l'été 1955, il invente un terme pour ces petits collages : « moticos ». Il apporte des boîtes de moticos dans la région de New-York et les expose sur​des trottoirs, dans des cafés, dans la gare Grand Central et dans d'autres lieux publics. Il demande aux passants ce qu'ils pensent de ces œuvres et enregistre quelques-unes de leurs réponses. Il envoie des collages par la poste à des amis et des étrangers, avec une série de manifestes, y compris « Qu'est-ce qu'un Moticos? », dont des extraits ont été publiés dans un article de John Wilcock dans le numéro inaugural du Village Voice. Une amie de Ray, la critique d'art Suzi Gablik, amène la photographe Elisabeth Novick documenter une installation de dizaines de moticos de Johnson à l'automne de 1955 (la plupart d'entre eux ont été détruits ou recyclés par l'artiste). Johnson devient rapidement connu comme faisant partie de la génération naissante Pop.

Johnson travaille à temps partiel à la Librairie Orientalia dans le Lower East Side, quand il commence à s'intéresser à la philosophie zen et à employer le « hasard » dans son travail. Ces deux intérêts influencent de plus en plus ses collages, ses performances, et son art postal. Il trouve également occasionnellement du travail en tant que graphiste. Sa première pièce d'art postal connue, qui indique à un destinataire de « s'il vous plaît envoyer à ... » quelqu'un d'autre, date de 1958 ; les expressions « s'il vous plaît ajouter à et retourner », « s'il vous plaît ajouter et envoyer à », et même « s'il vous plaît ne pas envoyer à » suivent.

Les activités d'art postal de Johnson deviennent plus systématiques : il s'assure de l'aide de plusieurs amis, Bill Wilson et sa mère, ainsi que l'artiste d'assemblage May Wilson, particulièrement. En 1962, Ed Plunkett donne aux démarches de Johnson le nom d'École de Correspondance de New-York.

Le 3 Juin 1968, le jour même où Andy Warhol est abattu par Valerie Solanas avec une arme à feu qu'elle avait stockée sous le lit de May Wilson, Johnson est victime d'une agression au couteau. Deux jours plus tard, Robert Kennedy est assassiné. Gravement secoué, Johnson s'installe à Glen Cove, Long Island, et l'année suivante, il achète une maison à proximité de Locust Valley, où Richard Lippold et sa famille résident. Il commence à vivre de plus en plus reclus.

Ses années à Locust Valley

De 1966 au milieu des années 1970, l'œuvre de Johnson est présentée à la Willard Gallery de New-York, à la Feigen Gallery (Chicago, New-York). Angela Fleurs expose Johnson à Londres, et Arturo Schwarz à Milan.

En 1970, des lettres de 107 participants sont exposées dans une exposition de l'École de Correspondance de New-York de Ray Johnson, au Whitney Museum of American Art à New-York, un moment important de la validation culturelle de Johnson. Une autre exposition remarquable suit : Correspondance: Une exposition des lettres de Ray Johnson au North Carolina Museum of Art à Raleigh, en 1976. Cette exposition, organisée par Richard Craven, offre une rétrospective de la carrière de Johnson, qui s'étend sur 35 ans. Vers cette époque, Johnson commence son projet silhouette, la création d'environ 200 profils d'amis personnels, d'artistes et de célébrités qui deviennent la base de beaucoup de ses collages plus tard. Ses sujets incluent Andy Warhol, Chuck Close, David Bowie et Christo.

Au cours des années 1980 Johnson ne participe plus à la vie publique, par choix. Il maintient tout de même des relations personnelles majoritairement par art postal et par téléphone. Seule une poignée de personnes sont autorisées à lui rendre visite dans sa maison de Locust Valley. Finalement, Johnson cesse complètement de vendre et d'exposer son travail. Son nom resurgit dans les années 1980 et 90 en dépit de son absence générale de la scène artistique florissante de New-York. Johnson continue à travailler fébrilement sur des collages plus riches et plus complexes. En contraste avec son isolement physique, le réseau prénumérique de ses correspondants croît de manière exponentielle.

Son tragique DÉCÈS

Le 13 janvier 1995, Johnson est aperçu en train de plonger d'un pont à Sag Harbor à Long Island, et ensuite en train de nager sur le dos vers la mer. On retrouve son corps échoué sur la plage le lendemain. De nombreux aspects de sa mort impliquent le nombre « 13 »: la date, son âge, 67 ans (6+7=13), le numéro de la chambre d'un motel où il a séjourné plus tôt ce jour-là, 247 (2+4+7=13), etc. Certains continuent de spéculer que sa noyade avait un aspect de « dernière performance ». Des centaines de collages ont été retrouvés soigneusement rangés dans sa maison. Il n'a laissé aucun testament et sa succession est désormais administrée par Richard L. Feigen & Co.

Auteur : arts3 Arts3 Network Amateur d'art contemporain


Autres articles sur l'art contemporain



Artistes-contemporain.com | Guide des artistes peintres contemporains célèbres et connus